Retour à Soi

3000 Berne (Suisse)
Tél. +41 (0)79 614 00 48
 

La Kinésiologie
Communiquer avec le corps

La mémoire du corps… Une base de données merveilleuse !

En effet, notre corps a une mémoire.
L'expérience du passé a été enregistrée par les neurones et les cellules des tissus, nerfs et muscles, qui s'en souviennent - illustrée par les réponses musculaires qui révèlent des stress là où le mental les a oubliés ou occultés

L'utilisation du test aide à éclairer notre monde intérieur et nous devenons ainsi un peu moins dupes de nous-mêmes.

Chacun de nous est capable de justifier ses choix en les étayant avec les souvenirs conscients de ses expériences passées. Celui qui s'est intoxiqué une fois avec des champignons, s'il ressent une appréhension face à la poêlée qui lui est proposée, légitime son refus en invoquant son histoire personnelle. Il peut même avoir des nausées uniquement à cause de l'odeur. Dans ce cas, s'il décide consciemment de goûter malgré tout au plat, par politesse ou par devoir, il constate en général que son corps s'oppose violemment à sa volonté et manifeste son désaccord de façon aussi impérieuse que désagréable.

Le mental et le corps ont conservé la mémoire de l'expérience négative que constitue l'intoxication, mais dans cet exemple, c'est le corps qui a le dernier mot. Ce conflit entre le physique et le mental, en soulignant son autonomie, pose également la question des critères de décision de notre corps.

Des techniques permettent au kinésiologue de dévoiler ces mémoires du corps, parfois qualifiées de memoire cellulaires, qui sont souvent à l'origine de ces comportements que nous voudrions tant modifier, sans pour autant y parvenir. En dépit de notre volonté, une force nous pousse à reproduire des réponses inadaptées et nous empêche, pêle-mêle : d'arrêter de fumer, de conserver nos moyens face à une autorité, nous affirmer, aimer, être aimés, calmer nos haines, sortir du jugement

De façon plus ou moins consciente, nous avons intégré des couleurs, des sons, des parfums, des ressentis, des émotions, un schéma corporel, des points de vue…. Une multitude d'informations, associés à chaque instant de notre vie. Toutes ces données influent sur notre circulation énergétique, elle-même mise en évidence par les tests.

La pratique montre que notre corps a conservé en mémoire l'ensemble de ces schémas et qu'il est capable de les restituer image par image. Nous sommes ainsi porteurs d'une véritable médiathèque, composée non seulement de nos propres films, mais également de tous les films familiaux dont nous avons hérité ainsi que des films de propagande diffusés à profusion par les différents inconscients collectifs auxquels nous sommes soumis.

Mais tout le monde sait que la vie ça n'est pas comme au cinéma. Nous ne sommes plus des enfants et nous savons faire la différence entre ce que nous voyons sur les écrans et la réalité, n'est-ce pas ?
Face à une écran, nous savons remettre en question le regard subjectif du réalisateur, surtout s'il diffère du nôtre.
Il semble pourtant beaucoup plus difficile de remettre en question nos points de vue particuliers et ceux de nos ascendants, inscrits dans nos mémoires et qui orientent pourtant notre propre vision du monde.

La réactivation d'une mémoire semble réveiller tout le corollaire des émotions, sensations, impression et plus largement stimuli qui y sont associés. Nous pouvons dire que chaque mémoire est accompagnée des éventuels stress vécus au moment des faits.
Il s'agit, ne l'oublions pas, de nos ressentis subjectifs et plus ou moins conscients, ou bien de ceux de nos parents, aïeux, voire ceux de notre communauté, lorqu'il s'agit d'une mémoire héritée. Les informations associées aux mémoires vont nous pousser à reproduire des situations agréables et à éviter ce qui a été vécu comme une erreur ou qui a généré une souffrance.

Si le stress réactivé dépasse le niveau que nous sommes capables à gérer, nous basculons en « mode de survie », nous nous déconnectons de notre capacité de rélexion et de choix pour fonctionner en mode « réaction » et répétons ainsi les réponses qui ont été données précédemment, par nous ou par nos prédécesseurs en remontant jusqu'aux hommes des cavernes

Il ne reste plus qu'à se plonger avec gourmandise dans l'exploration des mémoires du corps pour comprendre les liens de cause à effet entre les événements du passé et les déséquilibres présents.

Une partie du texte est issue du livre L'Onto-Kinésiologie de Alfred Manuel Communiquer avec le corps